For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Psychiatrie biologique.

Psychiatrie biologique

La psychiatrie biologique, ou psychiatrie neurobiologique, ou biopsychiatrie, est une approche psychiatrique spécialisée dans la compréhension des troubles mentaux en termes de fonction biologique du système nerveux. Son approche est interdisciplinaire et se focalise sur les sciences comme la neuroscience, la psychopharmacologie, la biochimie, la génétique, l'épigénétique et la physiologie dans le but d'enquêter sur les comportements biologiques et les psychopathologies. La biopsychiatrie est une branche de la médecine spécialisée dans l'étude de la fonction biologique du système nerveux sur les troubles mentaux[1],[2],[3].

Histoire

L'idée d'une explication biologique des troubles mentaux est présente dès les origines de la psychiatrie[4]. On retrouve ses prémices dès l'Antiquité, où la théorie des humeurs proposait déjà d'expliquer les troubles mentaux en termes de déséquilibres entre les quatres humeurs de l'organisme[5]. La psychiatrie biologique a connu un essor au cours du XXème siècle, notamment à l'occasion de la découverte de différents traitements agissant sur le système nerveux central[6].

Les déterminants biologiques des troubles mentaux

Généralités

La conception biologique des troubles psychiatriques stipule que les explications de leur survenue et de leurs manifestations sont à envisager en termes d'anomalies biologiques. En particulier, les causes envisagées de leur survenue sont génétiques, physiologiques et neurobiologiques. Il est à noter que ces différentes descriptions étiologiques ne sont pas incompatibles entre elles. En effet, un variant génétique (p.ex. une mutation, une délétition, etc.) peut être associé à une différence sur le plan physiologique (p. ex. le dysfonctionnement d'un récepteur), elle-même à l'origine d'une différence neurobiologique (p.ex. une différence de plasticité synaptique). En outre, elles ne sont pas non plus incompatibles avec certaines descriptions psychologiques de l'origine et des manifestations des troubles mentaux[7]. Ainsi, la conception neurobiologique du trouble de stress post-traumatique ne s'inscrit pas en opposition avec une origine psychologique du trouble, à savoir un traumatisme psychologique. Elle décrit, par ailleurs, ce trouble en termes de modifications physiologiques de l'axe hypothalamo-hypophysaire-surrénalien et de remodelage synaptique[8], voire de contribution génétique et épigénétique[9].

Génétique et troubles mentaux

La psychiatrie biologique bénéficie des recherches en génétique médicale[10]. Des facteurs de risque génétiques de différents troubles mentaux ont ainsi été identifiés. De rares variants génétiques sont associés à une élévation importante du risque de développer certains troubles. Par exemple, la microdélétion 22q11.2 constitue un facteur de risque important de troubles du spectre de l'autisme ou de schizophrénie[11]. De tels facteurs de risque majeurs sont rares, mais il existe de nombreux variants génétiques plus fréquents en population générale, mais ne présentant qu'une faible élévation du risque de survenue d'un trouble.

Des recherches sont en cours pour identifier des facteurs de risques d'autres troubles psychiatriques. Elles peuvent fournir des outils diagnostiques de précision (identification du génotype associé à un trouble) permettant éventuellement d'affiner les choix thérapeutiques, mais il ne s'agit pas encore de thérapie génique[10].

Neurotransmission et troubles mentaux

La découverte de neuroleptiques tels que la chlorpromazine et de molécules à effet antidépresseur, puis l'identification de la cible de ces traitements dans le système nerveux central, ont suggéré l'hypothèse que certains troubles mentaux étaient associés à des anomalies de la neurotransmission que ces médicaments étaient présumés corriger[6].

Les recherches en génétique des troubles mentaux ont également mis en évidence des anomalies de régions du génome impliquées dans la synthèses d'enzymes actives au niveau synaptique. La région affectée par la microdélétion 22q11.2 comporte par exemple une région codante pour l'enzyme catéchol-O-methyltransferase impliquée dans la métabolisation synaptique des monoamines impliquées dans la neurotransmission[12].

Ces différents travaux ont amené à proposer que certains troubles mentaux pouvaient être explicables en termes d'anomalies de la neurotransmission. On évoque ainsi l'hypothèse de la dopamine dans la schizophrénie ou l'hypothèse monoaminergique dans la dépression.

Conception biologique des troubles mentaux

La psychiatrie biologique décrit les troubles mentaux comme des dysfonctionnements de processus biologiques comparables à ceux qu'on observe dans les maladies non psychiatriques. Par exemple, au même titre que l'insuffisance cardiaque peut être envisagée comme une dysfonction du cœur, la dépression pourrait être envisagée comme le dysfonctionnement de processus neurobiologiques impliqués dans la régulation de l'humeur. La conception biologique des troubles mentaux s'oppose ainsi à une conception purement axiologique telle que celle défendue par Thomas Szasz qui considère que les troubles mentaux ne sont que des différences comportementales socialement dévalorisées[13],[14]. Plusieurs conceptions biologiques des troubles mentaux restent envisageables. Pour le philosophe Christopher Boorse, les maladies, psychiatriques comme non psychiatriques, peuvent ainsi être décrites uniquement en terme de déviance statistique de la réalisation d'une fonction biologique[15]. Certains auteurs suggèrent ainsi que les maladies mentales sont identifiables à des maladies du cerveau[16]. D'autres auteurs suggèrent que si la notion de dysfonctionnement est nécessaire à la caractérisation d'une maladie mentale, elle n'est pas suffisante. Il faut également que cette dysfonction cause un préjudice à la personne concernée[17],[18].

Traitements biologiques en psychiatrie

La psychiatrie biologique envisageant les maladies mentales comme des anomalies biologiques, impliquant notamment la neurotransmission, de nombreuses thérapeutiques issues de la psychiatrie biologique ciblent ces processus. Certains auteurs envisagent la naissance de la psychiatrie biologique comme associée à l'apparition de traitements physiques des troubles mentaux[19]. Parmi les premiers traitements physiques des maladies psychiatriques, la malariathérapie, qui repose sur l'induction d'une forte fièvre par l'inoculation de Psalmodium vivax, la cure de Sakel, reposant sur l'induction d'un coma par injection d'insuline ou l'induction de crises convulsives par l'administration de cardiazol[20]. Néanmoins, c'est l'introduction de l'élecroconvulsivothérapie qui constitue un tournant en termes d'efficacité dans la prise en charge de certains troubles psychiatriques les que la dépression sévère, la schizophrénie résistante et les états catatoniques[19].

Enfin, les traitements psychopharmacologiques, dont on découvre qu'ils agissent au niveau des synapses, constitue un axe majeur de la recherche en psychiatrie biologique durant la deuxième moitié du XXème siècle[19].

Critiques de la psychiatrie biologique

Plusieurs critiques sont adressées à la psychiatrie biologique. D'une part, l'idée selon laquelle les troubles mentaux ne seraient que des maladies du cerveau est contestée par certains auteurs qui soulignent que les états mentaux ont des caractéristiques particulières qui ne seraient pas réductibles à des états physiques, telles que l'intentionnalité[21]. Dès lors, les états mentaux pathologiques associés aux troubles psychiatriques ne pourraient pas être réduits à des dysfonctionnements biologiques. D'autres auteurs insistent sur le fait que, tandis que les maladies non psychiatriques sont caractérisées par une étiologique spécifique, les maladies mentales sont quant à elles caractérisées par leurs symptômes. Or ces derniers ne reflèteraient pas de façon univoque l'existence d'une anomalie physiologique sous-jacente.

D'autres critiques sont adressées aux thérapeutiques associées à la psychiatrie biologique. La psychanalyse conteste ainsi la pertinence des traitements psychopharmacologiques, qui auraient pour effet de faire disparaître les symptômes sans en traiter les causes, voire constitueraient des "camisoles" chimiques[22].

Notes et références

  1. (en) « On-Line Medical Dictionary », sur Department of Medical Oncology, University of Newcastle upon Tyne.
  2. (en) « Webster's Dictionary definition of biological psychiatry » [archive du ], sur Webster's Dictionary.
  3. (en) « Infoplease dictionary definition of biological psychiatry », sur Infoplease dictionary.
  4. Marie-Christline Hardy-Baylé, « Modèles théoriques en psychiatrie - Épistémologie », dans Julien-Daniel Guelfi, Frédéric Rouillon, Luc Mallet, Manuel de psychiatrie, Issy-les-Moulineaux, Elsevier Masson, (ISBN 9782294764738)
  5. Jean-Marie Jacques, « La bile noire dans l'antiquité grecque : médecine et littérature », Revue des Études Anciennes, vol. 100, no 1,‎ , p. 217–234 (DOI 10.3406/rea.1998.4727, lire en ligne, consulté le )
  6. a et b Jean-Noël Missa, « La psychopharmacologie et la naissance de la psychiatrie biologique: », Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem, vol. N° 2, no 1,‎ , p. 131–145 (ISSN 1962-1086, DOI 10.3917/ccgc.002.0131, lire en ligne, consulté le )
  7. Jean Cottraux, TCC et neurosciences, Elsevier-Masson, coll. « Collection Médecine et psychothérapie », (ISBN 978-2-294-70563-2)
  8. (en) Chadi G. Abdallah, Lynnette A. Averill, Teddy J. Akiki et Mohsin Raza, « The Neurobiology and Pharmacotherapy of Posttraumatic Stress Disorder », Annual Review of Pharmacology and Toxicology, vol. 59, no 1,‎ , p. 171–189 (ISSN 0362-1642 et 1545-4304, PMID 30216745, PMCID PMC6326888, DOI 10.1146/annurev-pharmtox-010818-021701, lire en ligne, consulté le )
  9. (en) Nikolaos P. Daskalakis, Chuda M. Rijal, Christopher King et Laura M. Huckins, « Recent Genetics and Epigenetics Approaches to PTSD », Current Psychiatry Reports, vol. 20, no 5,‎ (ISSN 1523-3812 et 1535-1645, PMID 29623448, PMCID PMC6486832, DOI 10.1007/s11920-018-0898-7, lire en ligne, consulté le )
  10. a et b Christophe Gauld, Julie Reversat, Damien Sanlaville et Caroline Demily, « Les enjeux de la génétique en psychiatrie », L'Évolution Psychiatrique, vol. 85, no 4,‎ , p. 471–478 (DOI 10.1016/j.evopsy.2020.06.002, lire en ligne, consulté le )
  11. (en) Maude Schneider, Martin Debbané, Anne S. Bassett et Eva W.C. Chow, « Psychiatric Disorders From Childhood to Adulthood in 22q11.2 Deletion Syndrome: Results From the International Consortium on Brain and Behavior in 22q11.2 Deletion Syndrome », American Journal of Psychiatry, vol. 171, no 6,‎ , p. 627–639 (ISSN 0002-953X et 1535-7228, PMID 24577245, PMCID PMC4285461, DOI 10.1176/appi.ajp.2013.13070864, lire en ligne, consulté le )
  12. M.H. Grossman, B.S. Emanuel et M.L. Budarf, « Chromosomal mapping of the human catechol-O-methyltransferase gene to 22q11.1→q11.2 », Genomics, vol. 12, no 4,‎ , p. 822–825 (ISSN 0888-7543, DOI 10.1016/0888-7543(92)90316-k, lire en ligne, consulté le )
  13. (en) Thomas S. Szasz, « The myth of mental illness. », American Psychologist, vol. 15, no 2,‎ , p. 113–118 (ISSN 1935-990X et 0003-066X, DOI 10.1037/h0046535, lire en ligne, consulté le )
  14. Thomas Szasz, Le mythe de la maladie mentale, Payot, (ISBN 978-2228115001)
  15. (en) Christopher Boorse, « Health as a Theoretical Concept », Philosophy of Science, vol. 44, no 4,‎ , p. 542–573 (ISSN 0031-8248 et 1539-767X, DOI 10.1086/288768, lire en ligne, consulté le )
  16. Anneli Jefferson, Are mental disorders brain disorders?, Routledge, coll. « Routledge focus on philosophy », (ISBN 978-0-367-42138-0 et 978-1-032-30632-2)
  17. (en) Jerome C. Wakefield, « The concept of mental disorder: On the boundary between biological facts and social values. », American Psychologist, vol. 47, no 3,‎ , p. 373–388 (ISSN 1935-990X et 0003-066X, DOI 10.1037/0003-066X.47.3.373, lire en ligne, consulté le )
  18. Cristina Ababei, Ghita Dadi et Thierry Trémine, « Le concept de dysfonction préjudiciable (harmful dysfunction) de J. C. Wakefield, dans World Psychiatry: », L'information psychiatrique, vol. Volume 84, no 5,‎ , p. 461–466 (ISSN 0020-0204, DOI 10.1684/ipe.2008.0342, lire en ligne, consulté le )
  19. a b et c Jean-Noël Missa, Naissance de la psychiatrie biologique: histoire des traitements des maladies mentales au XXe siècle, Presses universitaires de France, coll. « Science, histoire, société », (ISBN 978-2-13-055114-0)
  20. (en) Niall Mccrae, « ‘A violent thunderstorm’: Cardiazol treatment in British mental hospitals », History of Psychiatry, vol. 17, no 1,‎ , p. 67–90 (ISSN 0957-154X et 1740-2360, DOI 10.1177/0957154X06061723, lire en ligne, consulté le )
  21. Nomy Arpaly, « How It Is Not "Just like Diabetes": Mental Disorders and the Moral Psychologist », Philosophical Issues, vol. 15,‎ , p. 282–298 (ISSN 1533-6077, lire en ligne, consulté le )
  22. Élisabeth Roudinesco, Pourquoi la psychanalyse ?, Flammarion, coll. « Champs », (ISBN 978-2-08-121894-9)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Psychiatrie biologique
Listen to this article

This browser is not supported by Wikiwand :(
Wikiwand requires a browser with modern capabilities in order to provide you with the best reading experience.
Please download and use one of the following browsers:

This article was just edited, click to reload
This article has been deleted on Wikipedia (Why?)

Back to homepage

Please click Add in the dialog above
Please click Allow in the top-left corner,
then click Install Now in the dialog
Please click Open in the download dialog,
then click Install
Please click the "Downloads" icon in the Safari toolbar, open the first download in the list,
then click Install
{{::$root.activation.text}}

Install Wikiwand

Install on Chrome Install on Firefox
Don't forget to rate us

Tell your friends about Wikiwand!

Gmail Facebook Twitter Link

Enjoying Wikiwand?

Tell your friends and spread the love:
Share on Gmail Share on Facebook Share on Twitter Share on Buffer

Our magic isn't perfect

You can help our automatic cover photo selection by reporting an unsuitable photo.

This photo is visually disturbing This photo is not a good choice

Thank you for helping!


Your input will affect cover photo selection, along with input from other users.

X

Get ready for Wikiwand 2.0 🎉! the new version arrives on September 1st! Don't want to wait?